Capteur de puissance : puissance moyenne vs puissance normalisée

Capteur de puissance : puissance moyenne vs puissance normalisée

Un capteur de puissance est l'outil indispensable pour être sûr de s'entraîner efficacement et dans les bonnes zones d'intensité.

Pour être utilisé correctement, tu dois comprendre à quoi correspondent certaines métriques clés qui s'affichent sur ton compteur et ton application de suivi d'entraînement.

Beaucoup, une fois leur sortie terminée, ne s'intéressent qu'aux différentes moyennes pour mesurer leur performance.

Que ça soit la vitesse moyenne, la fréquence cardiaque moyenne, la puissance moyenne, etc.

Cependant, ces métriques peuvent être limitées pour qualifier précisément la qualité et la difficulté d'un entraînement.

Pour les utilisateurs de capteur de puissance, il existe deux métriques qui semblent mesurer une sorte de "moyenne" :

  • la puissance moyenne (Average Power (AP)) et,
  • la puissance normalisée (Normalized Power (NP)).

Bien que ces métriques semblent similaires à première vue, elles sont fondamentalement différentes.

La question est donc triple :

  • Quelle est la différence ?
  • Pourquoi est-elle importante ?
  • Comment la puissance normalisée te permettra de mieux comprendre tes entraînements ?

La Puissance Normalisée (Normalized Power (NP))

Aucune de tes sorties n'est parfaitement régulière.

Selon le relief, les conditions météo, les accélérations, la puissance générée sur le vélo varie.

Et compte-tenu de ces variations, la puissance moyenne ne veut finalement plus dire grand-chose.

Par exemple, si je fais une sortie sur une route complètement plate de 2 heures à 200 watts, ma puissance moyenne sera de 200 watts.

Logique.

Par contre, si je fais une sortie en montagne avec une montée de col à 300 w pendant 1 h 20 puis descente pendant 45 minutes à 15 w, j'obtiens aussi une puissance moyenne de 200 watts.

On est bien d'accord que la sortie plate peut se faire en discutant tranquillement avec les copains.

Contrairement à la sortie montée de col à 300 watts.

Les 2 ont bien la même puissance moyenne, mais l'énergie et le stress physique afin de générer ces 200 w de moyenne ne sont pas du tout les mêmes.

La puissance moyenne n'est donc pas le meilleur indicateur pour refléter la "performance" et l'intensité d'un entraînement.

C'est ici que la puissance normalisée (nommée Normalized Power (NP)) entre en jeu.

Si on reprend nos deux exemples de sortie plate et montagneuse et qu'on calcule la Normalized Power, le résultat est tout autre :

Sortie plate à 200 w de moyenne. L'effort est totalement régulier, logiquement la Normalized Power est de 200 w.

Sortie montagneuse 1 h 20 en montée à 300 w et descente 45 minutes à 15 w, toujours 200 w de moyenne.

Cependant, la Normalized Power est ici de 240 w.

La différence est bien là.

L'écart entre la Normalized Power de la sortie plate régulière et la sortie en montagne est de 20 %.

En effet, en mettant les puissances à la puissance 4 avant de faire la moyenne, la Normalized Power donne plus d'importance aux hautes valeurs de puissance (300⁴ est 81 fois plus grand que 100⁴).

Par conséquent, les pics de puissance demandant une consommation accrue en énergie et générant plus de fatigue ont un poids plus important dans le calcul par rapport à une moyenne basique.

La Normalized Power est un bien meilleur indicateur que la puissance moyenne pour mesurer la difficulté et l'intensité d'un entraînement.

Index de Variabilité (Variability Index (VI))

On a vu que la puissance moyenne et la puissance normalisée peuvent être différentes surtout lorsque l'effort est irrégulier.

Pour mesurer cette irrégularité, on utilise le Variability Index (VI) ou Index de Variabilité en français.

Sa méthode de calcul est simple :

Normalized Power / Average Power.
  • Une valeur de 1 correspond à un effort complètement régulier.
  • De 1.00 à 1.05 à un contre-la-montre bien géré.
  • 1.15 - 1.20 : une compétition sur route.
  • 1.20 – 1.40 une compétition de VTT.
Afficher les commentaires