Vuelta Al Teide - Parcours

Vuelta Al Teide - Parcours

Gérer la souffrance à l'expérience.

Le samedi 8 mai, je participais à la Vuelta Al Teide une cyclosportive se déroulant sur l’île de Tenerife aux Canaries autour du volcan du même nom : le mont Teide culminant à 3715 m.

La route a été longue, très longue, et j'ai dû gérer la fatigue et la souffrance à l'expérience.

Retour sur la Vuelta Al Teide en 3 parties.

Ici la partie 1, le parcours.

Partie 1 - Parcours

Le parcours dessiné par les organisateurs emprunte les routes les plus spectaculaires de l'île, notamment le passage par le parc rural de Teno (Puerto de Masca) et le parc national d'El Teide (montée au Teide), avec 30 kms de route à plus de 2 000 mètres d'altitude.

En plus d'être spectaculaire pour les yeux, il le sera aussi pour les jambes.

Les organisateurs ont voulu quelque chose de costaud :

  • Une distance totale de 170 kms
  • 4500 mètres de dénivelé positif.

Dans le détail, il y a 5 ascensions répertoriées :

  • La montée d'Icod El Alto : 2 cat, 13 kms à 3,4 %,
  • Le Mirador de Garachico : 2 cat, 6,2 kms à 5,6 %,
  • Les multiples montées passant par Masca jusqu'au Mirador de Cherfe en Hors-Catégorie:
  • Monte Del Agua 12 kms à 5,7 %,
  • Las Portelas 1,4 kms à 7,5 %,
  • Masca > Mirador de Cherfe, rendu populaire par Froome et Contador. 4 kms à 11 % de moyenne dont un passage de 360 m à 29,5 % et un autre de 600 m à 16 %.
  • Ensuite la montée vers Teide en HC en 2 parties:
  • 24,5 kms à 5,5 % jusqu'au plateau à plus de 2000 m,
  • 8 kms de plat,
  • 7,5 kms à 4 % jusqu'à 2360 m pour ensuite redescendre au niveau de la mer.

En conclusion, l'équivalent d'une belle grosse étape de montagne du Tour de France avec 4500 m de D+ condensés sur les 130 premiers (les 40 derniers étant en descente).

Si on compare avec les étapes de montagne du Tour 2021, seule l'étape 11 avec deux fois le Ventoux a un D+ similaire.

Ça va donc être long et difficile.

A voir comment je vais gérer ça, je n'ai jamais fait autant en montagne et en mode course.

Il va falloir éviter de partir trop vite, gérer son effort et la souffrance à l'expérience.

Suite au prochain épisode avec comment j'ai vécu la course.

Afficher les commentaires